Fluor Architecture - Guillaume Avenard et Hervé Schneider

Maison de l’enfance

RAUWILLER / Se plier aux logiques du “village-rue”.
Dans le contexte rural de Rauwiller, la Maison de l’enfance colle aux dessins des façades environnantes et modèle de beaux espaces intérieurs.

La construction d’une Maison de l’Enfance à Rauwiller pose la question de son rapport avec les habitations voisines mais aussi celle de sa visibilité en tant qu’équipement public à l’échelle du village.On visera donc un traitement permettant d’obtenir, tout à la fois, un bâtiment inscrit dans son contexte et à la fonction évidente.

Lire 






Compte tenu de la configuration du site, le projet doit, pour s’intégrer dans son environnement, respecter le prospect et de l’alignement des constructions alentours. Son volume a un gabarit clair et compact, dans le prolongement des bâtiments les plus proches.
En «remplissant» l’espace de la sorte, le bâtiment y prendra place. Il pourra alors établir un trait d’union entre les constructions et assurer la continuité du dessin général du village. Mais d’objet simple au profil connu, le projet doit également se transformer pour prendre en compte les données programmatiques et réglementaires. Par le pliage, il s’adapte en souplesse sur toutes ses faces aux différentes contraintes. En référence aux amusettes de papier, cocottes et autres jouets origamiques, cette logique permet de structurer la démarche et de donner l’identité du projet.
Il assure la continuité du gabarit de la rue mais n’en prend pas moins ses distances avec les codes
architecturaux traditionnels. L’enveloppe du bâtiment est un seul grand plissé ludique. Elle est alors tour à tour façade, toiture, auvent ou clôture. Dans le même esprit, les élévations n’ont pas de composition académique. Si elles sont le résultat d’un pliage.
La répétition de formes colorée sur la surface est l’occasion de positionner les fenêtres et permet d’exprimer le « pétillement » des activités de la Maison de l’Enfance.
L’écriture est sans ostentation mais résolument contemporaine. Le nouvel équipement public affiche une image respectueuse de son voisinage tout en assurant une présence forte, symbolique de sa mission.

L’organisation générale du bâti et des locaux respecte scrupuleusement les schémas du programme.
Au delà de la rigueur fonctionnelle de son plan, la Maison de l’Enfance est aussi un lieu de vie, où s’épanouiront bébés et jeunes enfants, où travaillera une équipe de professionnels. Le projet est une mise en scène de cet environnement, avec ses spécificités, ses besoins mais aussi sa dimension poétique. Il s’agit d’y créer des rapports, de générer des connivences, de l’affectif entre les occupants (enfants, personnel et parents) et le cadre construit.
Ainsi par exemple, l’usage de liège donne aux façades intérieures une apparence toute particulière. Au delà de ses caractéristiques écologiques et techniques, la matière est surprenante. Par sa texture et sa teinte, elle donne une ambiance singulière au coeur de l’édifice. Accessible aux enfants, la matière confère à la construction un aspect inhabituel propice à l’imagination et participe à l’éveil kinesthésique des plus jeunes.

Enfin, l’ouverture et la fluidité de l’espace contribuent à développer l’expérience relationnelle à l’autre de l’enfant. Les points de vue sur ses camarades et par là les échanges, comme activité fondamentale et comportementale, constituent l’apprentissage de la socialisation.
 
 

 

Fiche technique

Lieu : Rauwiller (67, France)

Mission : Base + EXE + OPC + MOB
Budget : 1,3 M€ HT
Surface : 746 m²
Livraison : Concours 2013

Maîtrise d’ouvrage : Communauté de communes d’Alsace Bossue + CAUE 67

Économiste, , BET Fluides, OPC : Ingedec

BET Structure : Hagenmuller

Peau,Connexions,Origami,Tous nos projets,Education

Subscribe Connexions Scroll to Top